Innovation Week, 2ème édition : 20 jeunes innovateurs et une enveloppe de 3.500.000 BIF

Sous le haut patronage du vice-président de la république, la 2ème édition du concours Innovation week a été marquée par la foire d’exposition des produits innovants de 20 jeunes sélectionnés parmi plus de 1500 candidats. Mais également des panels d’échange sur différents thèmes de développement de la jeunesse.

 

Organisé par les ministères en charge des TIC, du Commerce et de la Jeunesse en collaboration avec le PNUD, le PAEEJ et le CNJB, le concours de l’innovation a vu 1553 candidatures de jeunes de toutes les provines du pays. 20 meilleurs projets innovant ont été sélectionnés : 12 garçons et 8 filles. Critères de sélection : pertinence du projet, scalabilité, conformité technique et la faisabilité financière.

A l’issu de quatre jours de la foire, ces 20 projets ont été primés par ordre de classement. Chaque jeune a reçu une enveloppe de 3.500.000 BIF. Ils auront droit aussi à un accompagnement de trois mois.

Les cinq premiers projets, parmi les 20, sont :

  • Silas Nshimirimana de la province Gitega. Il produit l’huile de noix de coco, 100% bio. Un projet qui s’engage dans la lutte contre la malnutrition.
  • Olivier Nihimbazwe de la province Cibitoke avec un projet de santé. Il produit du chlore liquide qui élimine à 99% les microbes pathogènes et notamment utilisé pour désinfecter les endroits et objets.
  • Kathia Gretta Iradukunda, de la province Gitega. Elle fabrique des objets de décor à base de la jacinthe d’eau, une grande menace pour le lac Tanganyika.
  • Armel Akimana de la province Mwaro, fabrique des robots qui sèment, irriguent, sarclent…les champs. Il vise une agriculture rapide et efficace.
  • Landry Duhaye de la province Bubanza. Il fabrique des briques écologiques, un produit « révolutionnaire ». Pas de gaz de dioxyde de carbone. Dans la construction, ces briques réduisent la consommation du bois, du ciment, du fer…

Des panels riches…

Les trois derniers de la foire ont été marqués par des panels animés par experts en entreprenariat des jeunes, en développement agricole, économique, etc. Avec comme thèmes, entre autres : Mise en réseau des jeunes innovateurs, Marketing et communication digitale, Innovation et changement climatique, Ethique, entreprenariat et mécanismes de financement. Ce dernier thème a été animé par le coordonnateur national du PAEEJ et un expert de la BAD.

Dans ce panel, le PAEEJ a expliqué ses stratégies pour encourager les jeunes à l’entreprenariat. La 1ère solution du PAEEJ est la sensibilisation au changement de mentalités qui est la première composante du PAEEJ. Un grand défi rencontré, d’après le coordonnateur : « Historiquement, les jeunes burundais font les études pour devenir fonctionnaires de l’Etat. Il est alors très difficile de les convaincre qu’ils peuvent faire bonne carrière dans l’entreprenariat. »

Apropos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi aimer ceci