Bilan semestriel (juillet-décembre 2022)/PAEEJ : des chiffres qui parlent

Lors d’une conférence de presse organisée le 06 janvier 2023, le PAEEJ a présenté le bilan de ses réalisations semestrielles (juillet-décembre 2022) :

Pour la première composante ‘’Formation et sensibilisation’’, 5 617 jeunes dont 2 092 femmes et 3 525 hommes ont été formés directement en différents domaines : métiers, techniques agropastorales, recherche d’emploi, élaboration du plan d’affaires, etc.). 14 102 jeunes dont 6 949 femmes et 7 153 hommes ont été formés indirectement par le biais des autres.

Pour la 2è composante ‘’Entreprenariat’’, trois catégories sont concernées par le financement : dans la 1ère catégorie (agri-élevage), 376 projets ont été financés sur 335 prévus. Le taux de réalisation est de 112%.

2è catégorie (transformation agro-alimentaire) : 427 projets financés sur 416 prévus avec un taux de réalisation de 102%.

La 3è catégorie concerne les entrepreneurs déjà en action ayant besoin d’accroître leur capital : 4 financés sur 25 prévus. Soit 16% de réalisation.

Pour la 3ème composante ‘’Employabilité’’, le PAEEJ a recruté 1866 stagiaires professionnelles sur 2 000 jeunes prévus. 1701 sont placés dans les différentes entreprises et 165 jeunes au sein du PAEEJ.

Le PAEEJ a également créé 181 emplois réels (staff du PAEEJ) et 9 814 emplois potentiellement créés à travers les coopératives et projets de jeunes financés.

 

Apropos de l'auteur

One thought on “Bilan semestriel (juillet-décembre 2022)/PAEEJ : des chiffres qui parlent

  1. Bjr. Nous saluons l’initiative du Gouvernement du Burundi « Laborieux et responsable » pour avoir pensé à la mise en place du PAEEJ afin de réduire au minimum la taux de chômage au Burundi. C’est ainsi que le Programme d’Autonomisation Economique et d’Emploi des Jeunes est entrain de faire la différence comparativement aux autres programmes initiés dans le même cadre.
    Nous encourageons les représentants du PAEEJ au niveau central dans leur façon de faire et nous suggérons que les autres, du niveau déconcentré, s’inscrivent dans la vision et mission de leurs chefs hiérarchiques qui est celle du Programme.

    Quant aux jeunes en particulier et la communauté burundaise en général, il est grand temps de capitaliser cette opportunité qui leur est offerte afin que notre pays soit racheté de la pauvreté et la faim. C’est ainsi que la devise de S.E(chaque bouche ait à manger et que toute poche soit renflouée) sera une réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi aimer ceci